Marie Dauguet

Alors que nous nous effaçons

Alors que nous nous effaçons

Alors que nous nous effaçons,
Ainsi qu'au penchant des saisons
L'or des éphémères moissons;

Que sous les paupières qui saignent
Et dans les larmes qui les baignent
Tant de regards blessés s'éteignent;

Que, du soleil abandonnés,
Cendreux bleuets embruinés,
Tant d'yeux humains se sont fanés;

Que pareilles aux flots qui roulent,
Leur cours aux grèves qui s'écroulent,
Les générations s'écoulent,

Et qu'à l'abîme qu'il pressent
Chaque homme va disparaissant,
Tel un naufragé pâlissant,

Pendant qu'aux pentes des vallées
Filtrent, des tombes descellées,
Et du marbre des mausolées,

Et des sépulcres crevassés
Sous les vieux ormes délaissés,
Tourbillons par le vent poussés,

Tant d'ombres et de cendre vaine,
O Nature calme et sereine,
Tu te dresses comme une reine,

Et debout à travers le temps,
Toujours jeune et sans changement,
Subsistant invinciblement,

Tu souris, entre tes mains pures
Tenant, aux riches ciselures,
La clef d'or des aubes futures,

Et moi qui fuis comme le vent,
- Vers quel horizon décevant? - 
Atome d'infini rêvant;

Emporté par quel noir quadrige
Que l'heure hâtivement fustige,
Il me reste, dans ce vertige,

Et du néant sombre guetté,
Ce bonheur d'avoir reflété,
Nature, et compris ta Beauté,

Cet espoir profond de renaître
Aux bourgeons emmiellés des hêtres,
Aux chansons des huppes champêtres,

Au cours des ruisseaux opalins,
Aux frissons bleuissants des lins,
Au rire emperlé des matins!...

18 février 1904


Ce n'est rien, c'est la vie -  Ed. Chiberre, 1926



28/07/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres