Marie Dauguet

Extase

Extase

 

 

D'un coeur passionné savourons notre rêve

Avant que la vie dure et fausse nous l'enlève,

O mon amour, viens nous asseoir

Sous les saules d'azur pleurant au bord du soir.

 

Tout fuit intensément, embrassons notre songe;

Que l'heure nous oublie et pour nous se prolonge,

Et que, sans jamais s'épuiser,

Renaissent, floraisons brûlantes, nos baisers.

 

La cétoine s'endort gitée au coeur des roses;

Comme une hostie au fond d'un ciboire repose,

Qu'entoure un mystique halo,

Dans ton âme et ta chair tout mon être est enclos.

 

Et nous nous étreignons, expirants, bouche à bouche,

Pendant que les grands lys penchés sur notre couche

Y versent des parfums d'autel.

Anéantis au flux du désir immortel,

 

Aimons-nous, mes amours! Ayons pour seule envie,

Puisque l'heure agonise et que s'enfuit la vie,

Lèvre à lèvre, d'avoir goûté,

Dans un spasme trop bref, toute une éternité!

 

 

Par l'Amour, 1904

 

 

 



04/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres