Marie Dauguet

La gondole

Frissons

 

La gondole

 

La voile, tel un philactère

Sur parchemin cabalistique,

Déroulera des caractères

Obscurément talismaniques.

 

Et sans rame et sans gouvernail

Nous flotterons insubmersibles,

Ainsi que des saints de vitrail,

A travers une onde intangible.

 

Viens sur le canal extatique

Emmy la floraison des lys,

Au son des théorbes mystiques,

Dans la gondole de lapis.

 

Sous la tunique cramoisie

Que la lune folle étoila,

Viens, droite, avec tes cheveux plats

Dont l'ombre fauve s'émacie,

 

Voguer parmi les rêves morts

Qui soufflent dans des conques rauques,

En déployant de leurs doigts d'or

Leur suaire de moir glauque.

 

Par l'Amour, 1904.



23/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres