Marie Dauguet

Le calme des odeurs


Le calme des odeurs

Le calme des odeurs et leur mélancolie,
Le parfum des labours quand derrière les bœufs
Entraînant la charrue emmy les champs rugueux
Croule la glèbe humide et que le soc replie.

L'odeur des serpolets les soirs où il  à plu,
Écrasés par les bœufs et que la herse enterre
Et des trèfles rouillés et des sombres velus
D'où monte en ondulant une fumée amère.

Embuant les attelages et nuageux,
Parant  le sol meurtri d'un voile de mystère,
Cet encens azuré et paisible des feux
Où l'on brûle les tiges des pommes de terre.

Le calme des odeurs! Et le sage abandon
De soi-même évoqué au néant qu'on pressent,
Et tandis que les bœufs doucement mugissant
S'éloignent! Porte ouverte aux murs du cabanon!

2 octobre 1903

Par l'Amour, 1904



04/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres