Marie Dauguet

Le merveilleux absent

Frissons

 

Le merveilleux absent

 

Le soleil a noyé le fleuve de son sang;

          Près d'une eau volette

J'attendrai l'éternel et merveilleux absent

Dont le couchant dessine au loin la silhouette.

 

Et tout est immobile et d'un fixité...!

          Les nombres et les êtres

Et l'espace et le temps ont cessé d'exister;

Seul un merle gazouille aux branchages d'un hêtre.

 

Pressant contre mon coeur la palme avec l'anneau,

          Tulipe sur sa tige,

Je viendrai sur la rive en somptueux manteau;

Le soleil dans mon coeur lugubrement se fige.

 

Les prés sont de sardoine et le ciel est d'onyx.

          Qu'il est cruel de tendre

Au merveilleux absent, sous les noirs tamaryx

Le geste de mes bras que la mort vient surprendre.

 

Par l'Amour, 1904.



22/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres