Marie Dauguet

Le nain

Les baisers

 

Le nain

 

Sur l'escalier de marbre où le couchant se joue

Des groupes enlacés s'attardent en l'odeur

Des jets d'eau frémissants et des jasmins en fleur;

Les belles vont rêvant, l'éventail à la joue;

 

Et le nain blottissant dans l'ombre sa laideur,

Sa guitare aux genoux, lui, triste, qu'on bafoue

Pour son échine en dôme et sa flasque bajoue,

Brûlant, meurtri, hagard, apaise son ardeur

 

En caressant du doigt, en pressant sur sa lèvre,

Chair douce et accueillante au désir qui l'enfièvre,

Une rose en bouton: épaules, seins nacrés...

 

O tendresse et pitié qui s'émanent des choses,

Loin des rires cruels, des dédains acérés,

Sous les baisers du nain s'est ouverte la rose!

 

Par l'Amour, 1904.



28/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres