Marie Dauguet

Le poème du pain

Le poème du pain

 

Je veux chanter le pain magnifique et serein

Où l'âme de la terre et du soleil repose,

De leurs souffles unis profondément empreint;

Le pain plus doux fleurant qu'une haleine de rose.

 

Je veux chanter le pain présent dans le rayon,

Dans ce vouloir secret du sol que fend la houe;

Dans l'averse nacrée au revers du sillon

Et dans son odorante et palpitante boue.

 

Je veux chanter le pain à l'immense saveur

Evoquant l'horizon jusqu'au ciel déroulé,

Quand le soleil aimant et lourd s'est écroulé

Sur l'automne plaintive et qui tendrement meurt.

 

Le pain mélodieux où revit la cadence

Des hymnes largement qui charment les labours,

Si pleine de sagesse et de haute éloquence,

Sous les brumes d'octobre étalant leur velours.

 

Je veux chanter le pain à la saveur active,

Ressuscitant le geste où le semeur s'exerce,

Quand, mesurant son pas au refrain qui le berce,

Il lance dans l'air d'or les grains dont l'or s'avive.

 

Le pain tout pénétré des agrestes saveurs

D'avril riant et nu pami les haies en fleurs,

Tandis qu'à ses chansons, en leurs clairs idiomes,

Répondent, frissonnant, aux brises bleues, les chaumes.

 

Le pain dont le trésor se crée matériel,

Sous les midis virils, robustes et sans voiles

Et dans ces nuits pâlis qui mènent par le ciel

Moissonné, nos désirs, tremblants glaneurs d'étoiles.

 

Je veux chanter le pain et ses mille ferments,

Son goût plus émouvant qu'un accord, qu'un poème,

Le pain né du baiser profond de l'élément,

Le pain fruit de la terre et du soleil qui s'aiment.

 

Son goût d'aube et de nuit, de printemps et d'automne,

Réunissant l'odeur des saisons et des heures;

Le pain qui dans le sang, royal et pur, demeure;

Aux battements du coeur magnifiquement sonne.

 

*  

 

Je veux chanter le pain jaillissant de l'éteule,

Comme un grand fleuve ardent; le pain rythmiquement

Battu par les fléaux, secoué par le van,

En écume d'argent, découlant de la meule;

 

Aux poutres du moulin jetant des voies lactées;

Le pain, quand on y mord, suscitant l'harmonie

Des huches, de la vanne aux larmes entétées

Et le tic-tac sans fin des bavardes trémies.

 

Et le pain vigoureux que son levain soulève

Et prenant son essor au fond du vieux pétrin;

Le pain épris de vivre encor, le pain qui rêve

A côté du four d'or ouvrant son large écrin.

 

Je veux chanter le pain tout en blancs aromates,

Quand la vieille servante a pétri dans la met,

Dont boucle mollement la délicate pâte;

Plus secret et plus doux qu'un clair de lune en Mai.

 

Le pain vivant, montant jusqu'au bord des corbeilles

En l'ombre sourde et douce éparse autour de lui,

Tandis qu'à la croisée obscurément reluit,

Irisant sa poussière, un peu d'aube vermeille.

 

Le pain, dans la fournaise, exalté, frémissant

Et répandant partout, plus sacré que l'encens,

Plus pieux que l'encens, son admirable odeur;

Le pain glorifiant mon rêve et mon labeur.

 

Le Mercure de France, 15 juin 1909



29/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres