Marie Dauguet

(Le soleil mollement surgit...)

(Le soleil mollement surgit...)

 

Le soleil mollement surgit et se dilate

Comme une énorme fleur qui lentement s'étale

Et qui soudain parmi les prés mouillés éclate,

Eparpillant au loin ses rougeâtres pétales.

 

Le marais fume où l'eau mélancolique râle

Etendant sous les joues une moire écarlate,

Et la confuse vase intensément exhale

Dans le vent une odeur de baume et d'aromate

 

Puissante et qui vous met des baisers sur les lèvres.

Le paysage est plein de langueur et de fièvre

Ainsi que mon désir de troubles rêveries;

 

Et le songe est si doux dont la langueur m'obsède,

Que je me sens dans la nuit, avec leur parfum tiède,

S'effeuiller sur mon coeur des roses attendries.

 

Par l'Amour, 1904



10/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres