Marie Dauguet

La lyre

Rayons

La lyre

Choisis, groupe de mots, jélas si vainement!
Harmonise des sons, accouple des vocables,
Guette silencieux les plaintes ineffables
De la source à l’écho et le balbutiement

Des astres déversant au bord du firmament
Sur les grands lys flottants leurs langueurs adorables.
Amante, penche-toi aux lèvres de l’amant
Et, parmi son baiser, surprends d’insaisissables

Et fluides accords. O cherche, aveugle et sourd,
Qui vers l’infini tâte avec tes deux poings gourds,
mais sans frôler l’issue oùfiltre la lumière,

Cherche sur quelle grève à l’ombre funéraire,
Au seuil de quel vallon ou bien sur quel Thabor,
Apollon oublia la lyre aux cordes d’or!

Par l’Amour, 1904.



20/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres