Marie Dauguet

(O lune qui t'endors...)

Cantiques à la lune

 

(O lune qui t'endors...)

 

A Monsieur Emile Gallé.

 

O lune qui t'endors á côté des charrues,

Attirant jusqu'à toi, comme d'un sein ouvert,

Les parfums du sillon et des auges bourrues

Que le soc a fendus aux premiers jours d'hiver,

 

Tu veilles les troupeaux, broutant près des tourbières

Le thym et les orchis aux grappes de rubis,

Et tu fais tressaillir vers ta molle lumière

Les agneaux enfermés au ventre des brebis.

 

Lune printannière et maîtresse des germes,

Tu exaltes l'odeur des mares croupissant

Au long des murs d'étable et des portes des fermes

Qu'estompe à ta lueur un ténébreux encens.

 

Tu fais goûter l'odeur, douce comme une amie,

Qui traverse les toits abritant le bétail,

Celle des boeufs repus, des vaches endormies,

De la paille froissée o'u plonge leur poitrail.

 

Tu provoques la forte et sereine ambiance

Qui suinte des blés roux tassés sur les greniers

Et cette odeur de paix qui donne confiance

Des meules de fourrage et des tas de fumiers.

 

Par l'Amour, 1904



14/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres