Marie Dauguet

(Quelle douceur...)

Par le bois

 

(Quelle douceur...)

 

Quelle douceur d'allumer un feu de bruyère

A la nuitée et d'y accrocher sa marmite,

De souper en rêvant au seuil de sa chaumière

Quand la lune fleurit comme une clématite,

 

Et de tendre à une biche familière

Se faufilant silencieuse au ras des branches,

Le reste de son pain et de la voir, légère,

Danser en s'ébrouant par les clairières blanches!

 

Par l'Amour, 1904



12/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres