Marie Dauguet

(Viens nous-en...)

(Viens nous-en...)


 

Viens nous-en aux pentes rudes

Où la bruyère fleurit,

Ecouter la solitude,

        Le bris

 

De l`herbe sèche et la brume

S`égoutter des ajoncs morts;

Aux bouleaux mouillés qui fument

        L'essor

 

Des geais fuyards, et cette aigre

Chanson vibrer du vent faux,

Promenant dans l'herbe maigre

        Sa faux.

 

La rauque plainte s'étrangle

De l'eau sous les joncs fleuris,

D'où quelque vol en triangle

        Surgit.

 

Ecoutons tomber les baies

Blettes au pied des sorbiers

Et pleurerla sourde plaie

De nos désirs prisonniers.

 

Par l'Amour, 1904



11/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres