Marie Dauguet

A la nuitée

A la nuitée

 

O coeur ténébreux, par les soirs bleuâtres,

Ecoute chanter, lente et bucolique,

La flûte lointaine aux lèvres d'un pâtre,

A travers les pâquis mélancoliques.

 

Ecoute bramer confus les troupeaux

Dans l'étable close où dort le berger;

S'égoutter l'écluse et, grelot léger,

Teinter en mineur la voix des crapauds.

 

Le long de la rive, écoute l'eau morte

Qui sournoisement roule les cailloux

Et courbe les joncs, la menthe et le houx,

Au gré des remous dont le cours avorte.

 

Demande à la nuit où s'en fut ton âme.

Passant, vibre-t-elle aux noirs peupliers?

Est-elle sous l'eau, que la lune étame,

Le cri gazouillé des rauques graviers?

 

Moulin des Oiseaux, 10 août 1901



21/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres