Marie Dauguet

(Il est des odeurs...)

Cendres et pourpres

(Il est des odeurs...)

A Monsieur Sully-Prudhomme

Il est des odeurs de silence,

Des odeurs de sérénité,

Où le soir tout entier condense

Sa muette limpidité.

Il est des odeurs où s'éplore

L'infini des bois, où languit

L'eau dormante, d'où s'évapore

L'âme profonde de la nuit.

Il est des odeurs d'amertume

Au long des marais dérivant,

Vieux filtres qu'autrefois nous bûmes,

Vides comme un baiser du vent.

Il est des odeurs si fluides

Et jusqu'au bord de l'inconnu

Nous conduisant, étranges guides

Dont on n'entend pas les pieds nus.

Il est des odeurs délaissées,

Qui nous tendent comme des bras,

Branches, feuillage, âmes froissées,

Pleurant sourdement, parlant bas!

La Gouvets, octobre 1900



04/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres