Marie Dauguet

Il Palazzo d'Agostini

Il Palazzo d'Agostini

 

Une paix infrangible, au bord des calmes eaux,

Où troublement se mire à la fange des rives

De l'Arno - étageant ses bizarres ogives,

Ses modillons brodés - l'antique palazzo.

 

La chambre qui m'accueille a la voûte en berceau,

Un ancien mobilier sobrement l'enjolive,

La moustiquaire étend son transparent réseau

Aux plis duquel s'endort une clarté chétive.

 

Quelle sérénité envahit et repose!

Parmi trop de parfums, parmi trop de rayons,

Plus un désir de vivre ardemment qui s'impose;

 

Et tout besoin d'efforts ou de rebellions

S'engourdit et je sens combien l'heure a d'attraits

Qu'on sait mourir un peu pour mieux renaître après.

 

Dans "Pise"

Clartés, 1907.

 

 



29/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres