Marie Dauguet

(Je sens mon âme chancelante)

Je sens mon âme chancelante

 

Je sens mon âme chancelante

Et nue ainsi qu'une bacchante,

Ivre des parfums excessifs

Des orangers aux lourds fruits d'ambre,

Des plages où le flot se cambre

Et monte à l'assaut des récifs;

 

De ces parfums aigus qui blessent,

- Traits durs par l'amour décochés -

Des algues, des lointains rochers

Que l'écume errante caresse;

De tout ce que voudrait saisir

D'infini fuyant mon désir.

 

Le vent bleu danse, corybante;

Tout là-haut, dans le ciel qui chante,

Au bord des corteaux crêpelés

D'azur, comme aux temps en allés

De Virgile et des Bucoliques,

Sommeillent des logis antiques,

 

Carrés, d'une blancheur de marbre,

Que parent les fleurs de cinabre

Des grenadiers; et sous les pins,

Les oliviers céruléens,

Dont les rameaux tentent leurs lèvres,

Vont rôdant des boucs et des chèvres.

 

Mercure encor, le beau berger,

Qui porte au flanc la panetière,

Garde les troupeaux étagés

Sur la falaise solitaire;

Accorde aux flexueux échos,

La double flûte de roseaux.

 

Le vent danse, corybante,

Sous sa couronne de jasmins,

Je l'écoute. La mer dolente

Soupire et me baise les mains;

A son étreinte, je me livre,

Vaste comme elle: je suis ivre!

 

M'unissant à l'immense choeur

Des flots où le soleil chavire,

A la chanson du Dieu rêveur,

Que l'espace immobile admire,

Aux flux des parfums insensés,

Plus oppressants que des baisers,

 

Je vais vers l'univers que j'aime,

Perdant la trace de moi-même,

Hors de mon humaine prison,

Pendant qu'au lointain horizon,

Au bord de la mer alanguie,

Des voiles rougeoyantes fuient...

 

Dans "Naples"

 

Clartés, 1907.



22/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres