Marie Dauguet

(J'ai trop cueilli...)

(J'ai trop cueilli...)

 

J'ai trop cueilli les soirs brûlants

Aux buissons de pourpres carouges,

Trop goûté, poison virulent,

L'ardeur des couchants de fer rouge.

 

J'ai trop cherché d'astres aux cieux,

Reflété des minuits trop vastes;

J'ai trop ouvert mes larges yeux

A la lune qui les dévaste.

 

J'ai trop follement lacéré,

Par l'espace inconnu, les voiles

Qui masquent, mensonges sacrés,

Les flèches dures des étoiles.

 

J'ai blessé trop au grand soleil

La rose aux fragiles nuances,

Qui s'inclinait vers mon sommeil.

La rose de mes ignorances.

 

Mais aujourd'hui, je suis de ceux

Qui, tout au fond de leur chaumière,

Ont mis leurs deux mains sur leurs yeux

Pour mieux oublier la lumière.

 

S'il est un coin mystérieux

Parmi la forêt qui m'abrite,

J'irai d'un pas silencieux,

Fantôme accomplissant un rite,

 

Puiser l'eau noire que soustrait

La mousse à l'aube meurtrière,

Et boire un peu d'ombre au secret

De sa fuite sous la bruyère.

 

Le Beuchot, 18 novembre 1901



21/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres