Marie Dauguet

(Je ne suis plus de ceux...) Au bord de l'ombre

Au bord de l'ombre

 

(Je ne suis plus de ceux...)

 

Je ne suis plus de ceux qui s'en vont d'un poing sourd

Ebranler lourdement les portes de la tour,

A qui rien ne répond de l'éternel problème;

Je suis simple et très pauvre en face de moi-même,

Ainsi qu'un mendiant auprès d'un reposoir,

Je m'arrête paisible à la rive du soir,

Pélerin ignorant sous la robe de laine

Et qui trempe ses pieds meurtris dans la fontaine.

 

Mon coeur emporte en lui le silence des bois,

Leurs chemins épanchés et leurs retraits sans voix.

Il est souple et fuyant autant que les murmures

Imperceptibles des étangs sous les ramures

Soyeuses des roseaux et des joncs enlacés.

Il est tout ce qui vit et meurt: et le passé

Et l'avenir insoucieux pliant son aile,

Le clair matin s'ouvrant, la tombe que l'on scelle.

Il est aussi l'atome et n'a plus pour essor

Que le désir extrêmement doux, non d'un sort

Quelconque, mais tout simplement de cesser d'être

Soi et comme en exil du flot qui s'enchevêtre

Des racines au faite et de la terre au ciel.

Il n'est que le grain de sable au torrentiel

Courant évoluant son humilité calme,

La sève sous l'écorce et le vent dans la palme.

 

22 mars 1901.



23/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres