Marie Dauguet

La lune au langoureux visage

La lune au langoureux visage

 

La lune au langoureux visage,

Dans un grand péplos onduleux,

Sous les peupliers d'argent bleu,

A l'insensible babillage,

 

Descend vers le candide étang,

Où semblent s'effeuiller des lis;

La lune y plonge un pied pâli,

Qu'inonde le flot miroitant.

 

Les roseaux penchants se complaisent

A de tendres chuchotements,

Puis tous ensuite évidemment

Epeurés, rigides, se taisent.

 

Les peupliers aussi ne disent

Plus rien du tout... silence dense...

Seulement sur l'eau qu'elle brise,

La lune muette qui danse.

 

Les Pastorales, 1908.



12/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres