Marie Dauguet

(La pleine lune...)

Cendres et pourpres


(La pleine lune...)

 

La pleine lune mauve et rose,

Qui tend ses transparents satins

Par les nuages, mais qui n'ôse

Effleurer les étangs lointains...

 

Nul accent et cadence nulle!

Du rêve coule, sinueux,

Déroulant des flocons de tulle,

Du rêve coule, sinueux,

 

Et s'effrange, clarté diffuse,

- Sur les plages, ainsi les flots -

Par où vogue, vague méduse,

La lune que bercent ces flots.

 

Et la houle crépusculaire

S'étale au ras de l'horizon.

Tandis que l'étoile polaire

La perce d'un premier frisson.

 

A travers le voile 1902



16/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres