Marie Dauguet

Le gueux

Les heures sauvages

 

Le gueux

 

J'aime accrocher mes pas au lierre et à la rose

Et joindre en mes bouquets l'ajonc au romarin,

J'aime l'odeur amère et forte des sapins

Quand au vent pluvieux leur branchage se fonce.

 

La sauvage forêt m'accueille où je m'enfonce,

Douce en son âpreté à mes désirs sans freins,

Et j'y marche, oublieux des maigres boulingrins

Et des jardiniers fous alignant leur quinconce.

 

L'heure est bonne! Je veux boire au creux de ma main

Son flot est clair, sans souci de l'ultime demeure;

Car je suis ce Passant qui, loin du grand chemin,

 

Pensif et souriant à tout ce qui nous leurre,

Erre par le sentier que nul pied n'a foulé,

Mordant à son bonheur comme en un fruit volé

 

15 août 1901

 

A travers le voile, 1902



28/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres