Marie Dauguet

Solitude (Brumaire)

Brumaire

 

Solitude

 

Silence et vide

Au ciel livide,

Le vol muet d'un tiercelet.

 

Au long des haies,

Rouges de baies,

Le cri pensif d'un roitelet.

 

Branches de cendre

Où l'on voit pendre

Les nids défaits des oiselets.

 

Volutes lentes

Ourlant les pentes

De vagues remous violets.

 

Flot de silence,

Qui se balance,

Où tant de clarté déferlait.

 

***

 

Qu'elle s'esquive,

La voix pensive,

Preste du dernier roitelet.

 

Qu'elle se taise,

Parmi la glaise,

La voix des sources sans reflet.

 

Qu'elle s'éteigne,

La voix qui baigne

D'ombre les sombres serpolets.

 

Silence et vide,

La Thébaïde

Où mon coeur muet se complaît.

 

Novembre 1900



18/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres