Marie Dauguet

Le parfum des tilleuls

Le parfum des tilleuls

 

Aux portes de la ferme où se taisent les dogues,

Sur le jardin, l'étable et le vieux puits dormant,

Le parfum des tilleuls s'étale obscurément;

De l'été survenant, c'est le divin prologue.

 

Le parfum des tilleuls en la nuit blonde vogue

Et pénètre les coeurs d'un tendre enchantement.

Dans le soir tiède et doux comme des bras d'amant,

Les chalumeaux du vent ont des langueurs d'églogue

 

Tout d'émeut. On entend l'horizon haleter,

La terre sensuelle et lourde palpiter,

Que l'émoi des pollens féconds enthousiasme.

 

Ma lèvre est apuyée à la lèvre des dieux,

Tant s'épanche, invincible, envahissant les cieux,

Une odeur de baisers, d'étreintes et de spasme.

 

Les Pastorales, 1908.



29/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres