Marie Dauguet

Le reître +

Simplicité

 

 

Le reître

Je rêve parfois d'une existence brutale;
Le donjon sur un roc inaccessible, au loin
L'humanité courbée et vague, et surtout point
De frein. Comme un fleuve ma volonté s'étale.

Je ne suis vraiment sous la couronne comtale
Qu'un reître violent, dépourvu de tous soins
Autre que le pillage et l'orgie, et j'ai moins
D'âme que mon épervier. Nulle décrétale

Ne contraignit jamais mon désir et je vais
Triomphant, au trot lourd de mon cheval de guerre
Ecrasant sans le voir tout ce qui grouille à terre:

Prêtres, soudards, vilains. Je vais le coeur en paix
Et trempant pour le teindre aux couleurs de ma gloire,
Parmi le sang versé mon étendard de moire.

 

Par l'Amour, 1904.



18/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres