Marie Dauguet

Les pleurs de la vigne

Les pleurs de la vigne

 

                    La flûte rose

Et d'or pâle des merles, en la brume fragile,

         Auprès des sources volubiles,

  Eclaire les anémones décloses.  

         Du soleil fauve s'évapore

   Des mousses fumant et l'aurore

Répand sa chevelure embaumant sourdement

    Par la saulaie. - A pleines corbeillées,

Des odeurs, des couleurs sur la terre rouillée

    Sont, par quels doigts magiciens,

Déversées. - On entend se briser des liens,

Des bourgeons éclater... et l'aubier qui se gonfle...

Et partout le concert éblouissant triomphe,

Pù les sanglots de l'amour humain se confondent,

Des sèves dont le flot monte, ruisselle et gronde.

           Ah! prendre part à cette fête

           Tumultueuse qui s'apprête;

           Tenir en sa paume inquiète

                 Le souffle délirant

                 Des vents errants;

           Sentir bruire en sa poitrine

           L'âme des brises purpurines,

Où la syrinx encor vibre de Pan qui danse,

           Semant d'acides dissonances

           Les bouleaux coiffés de rayons

                     En tourbillons,

Et follement pleurant aux écluses suaves

           Des étangs encombrés de vase

Et que décorent des renoncules de topaze.

 

 

              Ah! sortir de soi-même

              En quel spasme suprême?

      Comme on meurt au coeur d'un amant,

Qu'on porte en ses bras sur son coeur qui chancelle,

Mourir d'un tel élan qu'on retourne et se mêle

Au grand foisonnement de l'âme universelle.

 

 

                           ***

 

             Rien n'est triste ni redoutable

             Si nous sommes l'Initié

             Au-dessus des mornes pitiés

             Et des effarements d'escalave.

 

 

           Si nous fuyons comme le sable,

               S'il nous faudra descendre,

En la tombe éphémère, où ses doigts de cendre,

Fugitive, la mort un soir nous conduira,

           Une aube ressuscitera,

Dans la splendide profondeur des temps accumulés,

              Nos spectres étoilés.

 

 

Nous sommes la substance aux cent métamorphoses,

           En notre chair dorment des roses

Et des amaryllis candides surgiront

Des corps putréfiés que les tombes rendront.

 

 

                          ***  

 

Nature, je suis toi et de divine essence,

Tu peux me transposer au gré de ton vouloir

Et faire de mon coeur l'écho ou le miroir.

Je demeure éternelle en ta magnificence:

 

Que je sois la rivière aux flexueuses cadences,

Le vent du cimetière, où croît un gazon noir,

Sur les chaumes, la paix des calmes reposoirs,

L'horizon parfumé qu'un feu de pâtre encense.

 

L'herbe printanière est la robe bruissant

Sous laquelle le flanc du coteau se pressent

Et qui me vêtira si je suis cette ligne;

 

Et l'amour de mon coeur sera les pleurs insignes,

Qui tombent embaumés des bourgeons de la vigne,

Alors que font leur nid les ramiers gémissants.

 

Les Pastorales, 1908.



23/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres