Marie Dauguet

Les sorciers

Simplicité

Les Sorciers


On trouve chez nous dans les cuisines obscures
Des sorciers très savants qui barrent les brûlures,
Ils jettent le mal au fond de la mer, ou bien
Sur un vieil arbre sec et qui ne risque rien.

Ils ont des gestes lents au-dessus des chairs vives
Et disent aux blessures: “Changez de couleur
Comme Judas l’a fait, aux jardins des Olives,
En trahissant l’ Sauveur.”

Ils savent qu’on entend pousser des cris au diable
En se penchant à la margelle des vieux puits,
Quand le village dort et que tinte minuit,
Et que l’enfer est là sous la couche de sable.

Ils indiquent encor où se tient le Sabbat,
Dans tel endroit du bois, à côté des carrières,
Et sont prêts à montrer, qui usent la bruyère,
La trace de la ronde et l’empreinte des pas.

Les pieds dans l’âtre doux, auprès du lard qu’on fume,
Ils lisent l’Almanach du Messager-Boîteux
Et débrouillent très bien, par les feuillets crasseux,
Le sens mystérieux des phases de la lune.

Par l’Amour, 1904.



18/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres