Marie Dauguet

(Lune printanière...)

Cantiques à la lune

 

(Lune printanière...)

 

Lune printanière et telle une déesse

Qui pose sur les joncs l'éclats de tes pieds blancs

Et sème la moelleuse et flottante caresse

De tes cheveux au ras des moires de l'étang.

 

Lune, tu fais chanter sous l'oseille sauvage

Que frôle ton orteil d'ivoire, les crapauds,

Et pleuvoir la rosée au bleuissant treillage

Des saules prosternés et des tièdes sureaux.

 

Zébrant de tes lueurs l'ombre chèvrefeuillée,

En ton mauve péplos tu t'assieds sous les troncs

Et parmi l'herbe humide et les sauges mouillées,

Tu penches ton visage et tu baignes ton front.

 

Lune, voici mon coeur, brin séché de fougère,

Perdu dans l'épaisseur des bois enténébrés,

Lune, voici mon coeur, sombre rameau de lierre

Au pan de ce mur noir durement enserré.

 

Eclaire-le, ce coeur, mendiant misérable

Et qu'à l'immense fête on n'a point convié,

Triste quand sont joyeux l'églantier et l'érable,

Mon coeur humain qui pense au lieu de verdoyer.

 

Que ton rayonnement l'apaise et le pénètre,

Ce coeur comblé de nuit, d'un dieu déshérité,

Lune, verse sur lui comme aux branches des hêtres,

Ton calme enchantement et ta sérénité.

 

Par l'Amour, 1904.



14/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres