Marie Dauguet

Réveil

Réveil

 

Partout s'entremêlent, brouillés,

Des rayons troubles et mouillés

A l'ombre mal évanouie.

 

L'aurore se réveille en larmes;

On entend s'égoutter les charmes

Au bord des routes éblouies.

 

Au-dessus des orges violettes

Et rosées, un chant d'alouette

Eclate rapide et vivace;

 

Et, venant des lointains perdus,

Un son de cloche répandu

Moire, en larges ondes, l'espace.

 

Les Pastorales, 1908.



15/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres