Marie Dauguet

Rouge et noir

Cendres et pourpres

Rouge et noir

La bise sournoisement bêle,

Le soir, troupeau noir, entremêle

Sa laine, fumeuses toisons,

Au fouillis brouillé des buissons.

Un vol de geais criards s'appelle

Et s'effare à brusques coups d'ailes,

Pendant que ce pourpre unisson

Se réalise à l'horizon

Nuiteux: la blessure élargie

Du soleil mourant qui s'étend,

Sanglante, aux berges de l'étang

Et, saignante, la nostalgie,

Dont l'aboi prolongé nous mord,

Des meutes hurlant à la mort.

Bois-la-Dame, 10 décembre 1900

A travers le voile, 1902



04/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres