Marie Dauguet

Simple chanson

Les heures sauvages

 

Simple chanson

 

Mieux que des écrins merveilleux,

J'aime la brillante rosée

Par les doigts de la nuit posée

Aux cimes des orges soyeux.

 

Je vous dédaigne, fleurs qu'on paie;

Mais j'aime, tendres et fluets,

Les mélilots et les bleuets

Et les chèvrefeuilles des haies.

 

Mieux que des rythmes très savants,

J'aime la musique où l'on pleure,

Complainte infiniment mineure,

Simple autant qu'un baiser d'enfant.

 

Immensément, je vous méprise,

Sottise et vanité des mots,

J'aime les stances des loriots

Enivrés du jus des cerises.

 

J'aime causer avec le vent,

Dont la souple parole ondoie,

Je lui dis ma peine ou ma joie,

Il me comprend mieux que les gens.

 

***

 

Aux coeurs orgueilleux je préfère,

Naïf comme un oiseau du bois,

Mais bien convaincu d'être soi,

Un coeur ignorant et sincère.

 

Côte de Francalmont, 6 juillet 1901

 

A travers le voile, 1902



28/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres