Marie Dauguet

(Un souffle...)

Cendres et pourpres

(Un souffle...)

Un souffle, un murmure indistinct,

L'orchestre des mélancolies,

Le soleil au loin qui s'étteint

Parmi des bouquets d'ancolies.

Des mauves, de l'ambre irisé,

Moirures d'or ou chair émue,

Couleur de sourire épuisé,

D'un merveilleux oiseau, la mue.

Fantastique et les yeux baissés,

Passe la vague théorie

De rêve et de reflets tissés,

Ce qui pleure, soupire ou prie.

Fantômes aux plis languissants,

Charmeuses d'astres couronnées,

Qui tendez vos bras impuissants,

Francesca, Laure! O Dulcinées!

En de souples processions,

Par les cieux aux pâleurs fleuries,

- Ambre, mauve - évocations,

Promenez vos mélancolies.

A travers le voile, 1902



04/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres