Marie Dauguet

Vision

Cendres et pourpres

Vision

C'est l'heure où nos désirs sortent de leur prison,

Déployant lentement leurs griffes et leurs ailes,

Et prêts à s'envoler au but où nous visons,

O puissants demi-dieux, élancés de vos stèles,

Chimères, étalez aux rouges horizons,

Sur le soleil blessé dont le sang pur ruisselle,

Vos vols de Kérubins et vos fronts de bisons

Sous la tiare d'or! - La lumière chancelle

Et le soleil descend de son trépied fumeux,

Tel l'oracle épuisé que le mystère accable;

Son regard s'enténèbre, il tombe; et je m'émeus

De voir parmi la nuit subsister plus durable

Que l'ombre, plus noir qu'elle et plus impénétrable

L'élan des Kérubins au fond du ciel brumeux.

A travers le voile, 1902



04/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres